jeu. Avr 25th, 2024

Au cinéma le 2 aout

 

Présenté lors du festival d’Annecy, le nouveau film de Détective Conan, distribué en France par Eurozoom, est réalisé par Yuzuru Tachikawa, célèbre pour son travail sur Mob Psycho 100 et Blue Giant, qui était également présent à l’événement annécien cette semaine.

Ce 26e film de la franchise va au-delà du précédent, qui avait déjà abandonné l’imagerie du polar classique. Le meurtre, l’enquête et la résolution ne sont pas au cœur de ce film, qui s’oriente davantage vers le cinéma d’espionnage et le techno-thriller à la Tom Clancy. Plus sombre, plus sérieux et plus ancré dans l’actualité et l’intrigue du manga que jamais, Détective Conan: le sous-marin noir propose une intrigue mêlant nouvelle technologie, intelligence artificielle et reconnaissance faciale (il est même question de deepfake à un moment), avec les hommes en noir.

Le film réunit presque tout le groupe connu des antagonistes de la saga, identifiés par un nom de code alcoolisé. On retrouve donc Gin, Rhum, Vodka, Kir, Vermouth, Bourbon, ainsi qu’un nouveau venu exclusif au film, Pinga.

L’histoire se concentre rapidement sur l’enlèvement de Ai après que son visage a été reconnu par l’Organisation. Utilisant le logiciel de reconnaissance faciale “La bouée du pacifique”, qui connecte les caméras de sécurité de la police à travers le monde, ils la capturent alors que Conan et les Détectives Juniors sont en voyage à Hachijô-jima. Conan se retrouve alors contraint de la secourir d’un gigantesque sous-marin appartenant à l’Organisation des hommes en noir, dirigée par Vodka, qui cherche à prouver qu’Ai est bien Sherry, présumée morte.

L’ambiance du film est donc plutôt sérieuse et met en lumière les enjeux majeurs de la franchise liés à l’identité secrète d’Ai, ainsi qu’à la traque entre fuite et poursuite des hommes en noir. En reprenant des scènes importantes de la série sous forme de flash-back, le film peut attirer un public néophyte moins friand des enquêtes policières traditionnelles. Le ton est différent, avec plus d’action et de tension. Bien sûr, il y a un meurtre, mais il n’est finalement que secondaire et ne constitue pas le cœur de l’intrigue, centrée sur l’enlèvement d’Ai.

Sur le plan technique, le film est très efficace et maintient l’attention du spectateur. L’animation est plutôt réussie et la CGI est utilisée de manière convaincante sans être extraordinaire. Le film se distingue sans être renversant.

Face aux résultats mitigés des précédents films, Eurozoom a indiqué que celui-ci pourrait être le dernier à sortir en salles en France. Étant différent des précédents, il pourrait rassembler un public moins fidèle et séduire les néophytes qui craignent d’être perdus dans une aventure inédite. Cependant, le film réexplique régulièrement l’histoire des personnages et le parcours jusqu’à présent, permettant ainsi de s’adresserà un large public, tant aux fans qu’aux nouveaux venus.

La sortie du film est prévue pour le 2 août 2023 en France, pendant les vacances d’été, loin des autres blockbusters estivaux. Il est important de soutenir ce film, car ce serait dommage qu’il soit le dernier à sortir en salles. Il apporte une certaine fraîcheur qu’il convient de saluer et mérite d’être apprécié par les spectateurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *