jeu. Fév 22nd, 2024
Featured Video Play Icon

Traversant les siècles, la musique de Roland de Lassus transporte avec elle une aura de mystères, un soupçon de divinité et, indéniablement, une part de génie artistique et technique. 

Captivant ses auditeurs grâce à sa complexité et sa profondeur, elle marie, avec brio, mélodies et compositions de haute volée, textes sacrés, poétiques et prophétiques. 

Inspirante et exaltante, Les Sibylles de Roland de Lassus sont mises à l’honneur dans le dernier enregistrement de La Main Harmonique : Prophetiae Sibyllarum. 

Prophetiae Sibyllarum, une immersion subtile et délicate à travers le temps et l’espace

L’ensemble La Main Harmonique, mêlant création contemporaine et polyphonies anciennes, produit cet album avec la même passion que les précédents. C’est le 7ème enregistrement de l’ensemble (Label Ligia), un programme sacré qui constitue un véritable chef-d’œuvre de la Renaissance musicale. 

Les Sibylles à l’honneur

Figures antiques de l’époque archaïque, les Sibylles, censées matérialiser le lien entre le bas monde humain et les hautes sphères divines, ont successivement hanté l’imaginaire des Grecs et des Romains. 

Annonceuses prophétiques, l’Occident chrétien leur attribue bien volontiers l’annonce prémonitoire de la naissance du Sauveur. 

Roland de Lassus en toile de fond

Plus qu’une rencontre, c’est un véritable voyage fait de visions spirituelles et poétiques que propose Prophetiae Sibyllarum, à travers l’inspiration de Roland de Lassus, humaniste et musicien, qui écrivit, au XVIème siècle, un extraordinaire cycle de 13 chants, singulièrement empreint de nouveauté pour l’époque. 

Véritable monument musical encore trop peu connu aujourd’hui, ce cycle se compose de miniatures polyphoniques teintées de chromatismes desquelles s’élève un sentiment d’étrangeté mêlé de mysticisme. 

Des partitions jalousement gardées…

Au service du Duc Albert de Bavière en sa qualité de compositeur, Roland de Lassus produisit ce chef-d’œuvre de la Renaissance musicale au XVIème siècle. 

Production exclusive oblige, seul le Duc profitera du plaisir hors norme que ces chants procurent. 

De son vivant, les partitions ne quitteront jamais son palais. 

Bien que quelques maigres informations fuitent au sujet de partitions secrètes, elles resteront jalousement gardées jusqu’à leur édition en 1600. 

… et aujourd’hui fabuleusement valorisées

Les motets choisis par La Main Harmonique, en regard des Sibylles, repose sur des poésies de Sénèque, Horace ou Virgile. 

Perçus à la Renaissance comme visionnaires, ils proposent une sagesse retrouvée qui honore les valeurs humaines, celles de la culture censée parachever les qualités naturelles de l’homme.

Un enregistrement prophétique

Cet enregistrement ravira, à n’en pas douter, les mélomanes les plus exigeants, et pas seulement les amateurs de musique ancienne. 

L’ambitus des 4 parties vocales qui composent les Prophetiae Sibyllarum étant relativement étendu, le directeur artistique, Frédéric Bétous, fait le choix de distribuer les voix à 7 chanteurs selon les pièces, tout en optant pour un diapason haut. 

L’archiluth et le lirone souligne tout au long de l’enregistrement le statut particulier de ces pièces qui revêtent une double couleur : le profane et le sacré. 

La musique de Roland de Lassus est ici sublimée par Frédéric Bétous, qui souligne : 

    “”J’ai cherché à mettre en valeur la typicité et le ciselé de ces miniatures polyphoniques au chromatisme exacerbé, et à faire ressortir leur étrangeté et leur mysticisme.”” 


Frédéric Bétous[/caption]

Une saine ambition au service de la beauté artistique

L’ambition de La Main Harmonique est claire et sans ambages : faire connaître ce nouvel enregistrement, en insistant sur l’aspect remarquable de beauté et de technicité de ces miniatures polyphoniques. 

Aux journalistes intéressés, l’ensemble La Main Harmonique se propose de faire parvenir des exemplaires CD, bien que nombre d’entre eux en soient déjà pourvus. 

Enfin, côté représentations, le programme Prophetiae Sibyllarum sera donné le samedi 25 mars 2023 dans le Pas-de-Calais, à l’Unité d’Art Sacré de Gosnay (Église Saint Léger), le jeudi 20 juillet 2023 au Festival Musique en Chemin à La Romieu (32), et le vendredi 25 août 2023 au Festival Sinfonia en Périgord (24). 

La Main Harmonique, une certaine idée de la musique, où la voix prend tout son sens…

Crée au cœur du Gers en 2009 par le contre-ténor Frédéric Bétous, L’Ensemble La Main Harmonique s’attache, depuis lors, à redonner ses lettres de noblesse, son expression et sa grandeur, au plus universel des instruments : la voix. 

Interprétant avec passion et curiosité des polyphonies de la Renaissance et du Baroque naissant en élaborant des correspondances avec la création contemporaine, l’ensemble est sollicité depuis la parution de son premier opus en 2010 « Ockegem & Compère », très largement salué par la critique. 


L’ensemble[/caption]

… et où la scène n’est pas en reste

Outre ses enregistrements, La Main Harmonique partage son temps entre concerts, spectacles scénographiés et mis en lumière, notamment en collaborant avec des personnalités du monde du théâtre comme Michel Schweizer. Elle s’affranchit volontiers des partitions afin d’établir un contact direct avec le public. 

L’ensemble sait s’entourer de compositeurs et arrangeurs de talents tels que : Caroline Marçot, Alexandros Markeas, Thomas Enhco, Bruno Fontaine ou encore Anne Paceo, notamment pour son dernier spectacle Artefacts, créé en novembre dernier à La Scène Nationale de Perpignan, et qui met à l’honneur la chanson d’hier et d’aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *